DOMNONEE (DE) Saint Fracan

Parents
Fratrie
Enfants
DOMNONEE (DE) Saint Wethnoc
DOMNONEE (DE) Saint Jacob
DOMNONEE (DE) Saint Winwaloe
DOMNONEE (DE) Tainte Chreirbia

Champs personnel
Evénements
Profession: Fragan ap Selyf de Domnonée - Saint (Fragan): .

Unions
Evénements des unions
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
(Gallois: Fragan; Latin: Bracanus; Anglais: Bracan)
Certainement un cousin du roi Cado de Domnonée, il semble que Fracan était le plus jeune fils du roi Salom of Cerniw (Cornouailles). Probablement,il avait hérité du royaume de son père peu avant son départ avec sa femme, Sainte Gwen Teirbron et leurs enfants. La peste avait attaqué leur royaume aux alentours de l'an 507 et ils furent obligés d'émigrer. Pour d'autres, Saint Fragan, serait venu du Pays de Galles, il serait Prince d'Albanie en Ecosse, au Ve siècle pour évangéliser l'Armorique. Époux de sainte Gwenn.Il est le père des saints jumeaux Jagu et Guethenoc, de saint Gwenole, et de sainte Clervie. Il quitte la Grande-Bretagne et s'intalla à la paroisse de Plourin-Ploudalmézeau, à Ploufragan (Côtes-d'Armor). Il débarqua sur l'estuaire de Gouet en Bretagne Armoricaine et Fragan établit un grand domaine, maintenant appelé Ploufragan. Il y fonda une église ainsi qu'à Saint-Frégan (près de Lesneven). C'est ce qui fortifia sa reputation de sainteté.
Un jour, Fracan eut une violente dispute avec le roi Riwal Mawr Marchou de Domnonée concernant la rapidité de leurs chevaux. Fracan organisa une course, mais il y eut un accident et le jockey fut blessé. Heureusement,son fils, Saint Guénolé était là pour guérir le pauvre jeune homme.
Vers la fin du Ve siècle, et combattit l'envahisseur sur les côtes du Léon.
Il fut le fondateur du château de Lesguen, des noms de esven et de Guenn (son épouse)
Il est fêté le 3 octobre
- En Breton: Sant Fragan, Fracan, Fracant, Freganig, Fregant, Fregan, Fracanus, Fraganig ainsi que Fragana en variante bretonne. - En Irlandais: Fraochan - Le nom est équivalent au Gallois Brychan.

Retour à la page d'accueil


DOMNONEE (DE) Saint Wethnoc

Parents
Fratrie
Enfants
DOMNONEE (DE) Saint Fracan
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"
DOMNONEE (DE) Saint Jacob
DOMNONEE (DE) Saint Winwaloe
DOMNONEE (DE) Tainte Chreirbia

Champs personnel
Evénements
Profession: Wethnoc ap Fracan de Domnonée - Saint (Wethnoc, Guéthénoc, Gwezheneg, Vennec): .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
Saint Guéthénoc (ou Guéthenoc). Son nom s'écrit sous diverses formes: Guéthnec, Guézennec, Gwezheneg, Guéhénec, Guennec, Guinou, Guinnous, Guithénoc, Guéhenocus, Guénoc, Guéneuc, Guinau, Venec, Vennec, Vinec, Veneuc, Venoc, Wihenoc, Wéthénoc, Hinec, Izinieux, Ithizieux.
Né en Pays de Galles, de noble extraction, le père de Guéthénoc s'appelait Fragan. Vers 418, il émigre en Armorique et s’arrête sur les rives du Gouët aux environs de Saint-Brieuc en un lieu appelé aujourd’hui Ploufragan. Il était accompagné de ses deux jeunes fils, les futurs saint Saint Jacut et Guéthénoc et de leur mère, sainte Gwenn (ou Guen), que l'on représente souvent avec trois mamelles, selon le nombre de ses fils. A peine arrivée, Gwenn donne naissance à un troisième fils Saint Gwenolé ou (Saint Guénolé), le futur abbé de Landevennec et à une fille Sainte Clervie.
Guéthénoc et Jacut construisirent ensemble l'Abbaye de Saint-Jacut à Landouar (presqu'île de Saint-Jacut-de-la-Mer). Puis Guéthénoc rejoignit Guénolé. Les deux frères longèrent les côtes pour rencontrer les Bretons chassés de Grande-Bretagne qui se réfugiaient en Armorique.

Retour à la page d'accueil


DOMNONEE (DE) Saint Jacob

Parents
Fratrie
Enfants
DOMNONEE (DE) Saint Fracan
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"
DOMNONEE (DE) Saint Wethnoc
DOMNONEE (DE) Saint Winwaloe
DOMNONEE (DE) Tainte Chreirbia

Champs personnel
Evénements
Profession: Jacob ap Fracan de Domnonée - Saint (Jacob, Jacut, Jagu): .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
Il est le fils de Fragan et de Gwenn, sa famille, cousine du Roi de Bretagne, s'enfuit devant les Saxons et se réfugia en Armorique dans la baie de Saint-Brieuc, sur les rives du Gouët à l'endroit qui devriendra Ploufragan. Saint Jacut de Landoac ou Saint Jacut de Bretagne (en breton Sant Jagu) est né au Ve siècle au Pays de Galles et a passé l'essentiel de sa vie en Armorique. Comme ses deux parents, ses frères et sa sœur, il est devenu un saint catholique et orthodoxe. Il est fêté le 8 février.
Jacut a une soeur Sainte Clervie et deux frères, son jumeau Weithnoc (Guéthénoc), et un plus jeune Guénolé, qui devriendront les saints Guéthénoc et Guénolé. Les trois frères fûrent tout trois disciples de Saint Budoc.
Avec son jumeau, Jacut se fixa sur la presqu'île de Landoac. Après avoir converti des païens, ils y bâtirent un monastère qui fût l'origine de l' Abbaye de Saint-Jacut.
Jacut serait mort un 8 février de la première partie du Ve siècle. Il a été enterré dans l'Église du monastère.

Retour à la page d'accueil


DOMNONEE (DE) Saint Winwaloe

Parents
Fratrie
Enfants
DOMNONEE (DE) Saint Fracan
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"
DOMNONEE (DE) Saint Wethnoc
DOMNONEE (DE) Saint Jacob
DOMNONEE (DE) Tainte Chreirbia

Champs personnel
Evénements
Profession: Winwaloe ap Fracan de Domnonée - Saint (Winwaloe, Guénolé, Gwennolé): .
: .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
Son père, saint Fragan, et sa mère, sainte Gwenn, auraient débarqué venant probablement du pays de Galles dans la baie de Saint-Brieuc pour se fixer à Ploufragan (Côtes-d'Armor). Guénolé est le troisième fils d'une famille dont les autres enfants sont sainte Clervie, Saint-Jacut et saint Guéthénoc.
Il serait né, soit à Ploufragan, soit à Plouguin où est encore montré le lieu supposé de sa naissance (une motte féodale).
Vers 470, il est confié encore enfant à saint Budoc pour être formé dans l'ermitage de celui-ci, situé sur l'île Lavret, dans l'archipel de Bréhat.
Vers 485, il manifeste le désir de se rendre en Irlande pour vénérer les restes de saint Patrick qui vient de mourir, mais l'apôtre lui apparaît en songe pour lui indiquer qu'il est préférable de rester en Armorique pour y fonder une abbaye. Avec onze autres disciples de saint Budoc, il s'établit dans une autre île appelée Tibidy qu'on a tenté d'interpréter comme l'île de la maison de prières, à l'Hôpital-Camfrout, dans la rivière du Faou.
Au bout de trois ans, en 490, Guénolé, nouveau Moïse, ouvre miraculeusement un passage dans la mer pour aller fonder une nouvelle abbaye sur la rive opposée de l'estuaire à Landévennec, en ayant fait le centre religieux de la Bretagne de l'Ouest, il y meurt en 532. La veille de sa mort, il aurait choisi son successeur, célébré une messe et reçu l'absolution
Saint Guénolé est fête le 3 mars.

Retour à la page d'accueil


DOMNONEE (DE) Tainte Chreirbia

Parents
Fratrie
Enfants
DOMNONEE (DE) Saint Fracan
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"
DOMNONEE (DE) Saint Wethnoc
DOMNONEE (DE) Saint Jacob
DOMNONEE (DE) Saint Winwaloe

Champs personnel
Evénements
Profession: Chreirbia verch Fracan de Domnonée - Sainte (Chreirbia, Clervie, Klervi): .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
En Breton: Klervi, Klervie, Klerwie, Kreirvia, Clervie, Creirva, Chreirbia, En Gallois: Creirwy
la légende dit que:
Une des soeurs de Saint Guénolé, chassant un jour des oies sauvages par la cour du château de Lesguen, une de ces oies lui tira un oeil de la tête et l'avala. Cet accident attrista fort ses père et mère. Saint Guénolé, étant en oraison à son monastère, fut averti par un ange de ce qui se passait chez son père. Il s'y en alla en toute diligence et l'ayant consolé empoigna l'oie, lui fend le ventre, en tire l'oeil et le remet en sa place et faisant le signe de la croix dessus, le rendit aussi clair et beau que jamais. Et Sainte Clervie recouvra la vue.

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Lancelot

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Budic 2
TINTAGEL (DE) Elaine
BRETAGNE (DE) Hoël 1er Le Grand
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"
BRETAGNE (DE) Indéterminé

Champs personnel
Evénements
Profession: Galaad ap Budic de Bretagne - Lancelot du Lac - Chevalier de la Table Ronde , Prince de Bretagne: .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
Malgré la diversité des récits, on peut tout d'abord retenir que Lancelot, dont le nom de baptême est Galaad, est le fils du roi Ban de Bénoïc et de la reine Hélène. Il est donc l'héritier de la Bretagne armoricaine, mais il est aussi et surtout le descendant d'une lignée prestigieuse, remontant notamment à Joseph d'Arimathie, le personnage biblique ayant recueilli le sang du Christ dans le Saint Graal et ayant apporté celui-ci en terre bretonne.
Le château de son père, situé au bord d'un lac au cœur de la forêt de Brocéliande, (en fait il s'agit à l'époque de rédaction des récits arthuriens de la marche de Gaule et de Petite Bretagne située par des recherches récentes entre Vannes et Bellême, entre le Mont Saint Michel et le Mans), était réputé imprenable. Cependant, lors d'une campagne aux côtés du roi Arthur, le roi Ban de Benoïc mourut en quittant son château qui brûlait, laissant seule sa femme enceinte. Quelques mois après sa naissance, le jeune Galaad est enlevé sous les yeux de sa mère par une créature venant du fond du lac, et disparaît, croit-elle, à jamais.
Ce lac était en fait la demeure de la Dame du Lac, et était la passerelle vers l'île enchantée d'Avalon, pays des mages et sorciers. La fée Viviane, car c'était elle, avait enlevé Galaad pour l'emmener en son palais sous-marin et l'éduquer comme un fils. Elle décida donc de l'appeler Lancelot du Lac. Pendant 18 ans, elle l'éduqua à dessein d'en faire le chevalier parfait : chasse, musique, combat mais aussi courtoisie et noblesse d'esprit.
Parvenu à l'âge de 17 ans, il pressa la fée Viviane de l'introduire auprès du roi Arthur pour être adoubé chevalier. Grâce à son appui, mais aussi grâce à l'aide du chevalier Gauvain, neveu du roi, il fut fait chevalier le lendemain même, jour de la Saint-Jean. C'est durant cet adoubement qu'il remarque celle qui sera sa dame, mais qui provoquera aussi sa perte, la reine Guenièvre. Ébloui par celle-ci, il va à sa rencontre et lui propose de devenir son chevalier, ce qu'elle accepte : le coup de foudre est réciproque. Cependant, dès la fin de la cérémonie, une jeune fille vient le trouver et lui apprend qu'il doit prendre la route sur-le-champ, afin de délivrer des maléfices le château de la Douloureuse Garde. Celle-ci lui remet, de la part de la Dame du Lac, un écu à trois bordures rouges, qui décuplera sa force au combat.
Après avoir chevauché toute la journée, il arrive enfin au sinistre château : derrière les portes de la double enceinte, vingt chevaliers gardent prisonniers les villageois et attendent de le tailler en pièces. Grâce à l'écu de Viviane, il arrive pourtant à venir à bout de ses adversaires et fait ainsi sien ce château, le rebaptisant du même coup château de la Joyeuse Garde. Il repart pourtant immédiatement vers Carduel, impatient de revoir sa dame. Mais en longeant le cimetière du château, une tombe, surplombée d'une épée en or, attire son attention. Il s'en approche et parvient à déchiffrer l'inscription : « Ici reposera Lancelot du Lac, fils du roi Ban de Benoïc et vainqueur de la Douloureuse Garde ». Il apprend donc en même temps le secret de sa naissance et celui de sa mort.
À son retour, il est fêté par l'ensemble de la cour, plus particulièrement par la reine. Arthur en fait alors son principal relais pour la mission de quête du Graal. Lancelot est en effet le meilleur des chevaliers de la Table Ronde, souverain en courtoisie, en tournoi et au combat. Lancelot, au cours de ses aventures, pourra même apercevoir le Graal par deux fois. Cependant, son amour interdit pour la reine l'empêchera d'avoir accès à ses mystères.
Au fil des tournois et des combats, sa réputation ne cesse de grandir, tout comme son amour pour Guenièvre. Or, un jour où Lancelot était absent de la cour, Méléagant, fils du roi de Gorre, vient défier les chevaliers. Ainsi, il affirme détenir prisonniers dans son château un certain nombre de chevaliers et propose de les libérer si quelqu'un réussit à le vaincre en combat singulier. Dans le cas contraire, il enlèvera la reine Guenièvre. Seul le sénéchal Keu accepte et relève le défi.
Le lendemain, Keu et Guenièvre se présentent à l'orée de la forêt, où les attend Méléagant. Après un très court combat, Keu se retrouve à terre. Méléagant saisit alors la reine et le chevalier, et s'apprête à s'en aller lorsque Lancelot, arrivant à grand galop, s'élance sur le prince de Gorre. Il réussit à le blesser à l'épaule, mais Méléagant enfonce son épée dans les flancs du destrier de Lancelot et prend la fuite.
Lancelot se retrouve alors seul, loin de tout mais surtout privé de son cheval. Il se met donc à marcher à travers la forêt pendant des heures. Il aperçoit soudain, au bord du chemin, un nain conduisant une charrette à bestiaux, sale et vermoulue. Il demande à celui-ci s'il n'a pas vu passer l'équipage constitué de Méléagant, Guenièvre et Keu. Le nain lui répond qu'il pourra le mener à sa dame à la condition de monter sur la charrette. Lancelot hésite : seuls les brigands et les hommes de peu de foi se déplacent en cet attirail, mais c'est pourtant sa seule chance de revoir la reine. Il se résout donc à monter sur cette charrette de la honte. Commence alors un éprouvant voyage : sur le chemin, tous se moquent de cet attelage d'un nain et d'un chevalier misérable. Finalement, la charrette arrive à un château où ils passent la nuit.
Dès l'aube, le nain réveille Lancelot : il a vu la reine Guenièvre emmenée par des gardes. Après avoir chevauché nuit et jour, il parvient aux abords du château de Baudegamu. Mais il n'est pas au bout de ses peines : il doit en effet franchir le terrible Pont de l'Épée, une immense épée tranchante comme un rasoir posée entre deux rives. Ce pont, situé au-dessus d'une eau noire et glacée, est gardé par deux lions. Ne pensant qu'à sa dame, il enlève ses gants et s'enduit de poix, matière visqueuse, pour éviter la chute. Après maintes coupures, il rejoint enfin l'autre rive de laquelle les lions ont, par enchantement, disparu. Devant cet exploit, Lancelot est acclamé et le roi Baudegamu propose alors de libérer tous les prisonniers, mais Méléagant refuse et défie Lancelot. Dès le lendemain, le combat entre Lancelot et Méléagant débute. Malgré toutes les épreuves qu'il a subies, Lancelot a rapidement le dessus. Baudegamu ordonne alors l'arrêt du combat, et Lancelot peut ainsi repartir pour Camelot avec sa dame.
Malgré cet exploit, la proximité de Lancelot et Guenièvre est vue d'un mauvais œil, et leur relation rapidement éventée. Un soir, alors qu'il avait rejoint Guenièvre dans sa chambre après un banquet, il est surpris par Arthur. Celui-ci voit donc ses soupçons confirmés et décide alors de le faire arrêter. Lancelot réussit à s'enfuir, mais doit abandonner sa dame. Selon les lois du royaume, celle-ci a trahi et doit donc mourir : elle montera sur le bûcher.
Le jour dit, les soldats hésitent à s'emparer de la reine : son aura est encore intacte. Alors que celle-ci avance d'elle-même vers le lieu du supplice, une trentaine de cavaliers arrivent à bride abattue : c'est Lancelot qui, à leur tête, vient enlever Guenièvre. Mais les chevaliers d'Arthur veillent : après une rude bataille, dans laquelle Lancelot tue Agravain et Gareth, deux frères de Gauvain, seuls Gauvain et Lancelot sont en mesure de se battre. Arthur voit alors s'affronter ses deux meilleurs chevaliers, autrefois amis. Il leur demande d'éviter ce massacre inutile mais la détermination de Gauvain est grande. Dans cet ultime combat entre deux adversaires de même valeur, Lancelot finit par prendre le dessus et assène un coup fatal. Il demande alors à Arthur la faveur d'arrêter le combat et de retourner dans sa Gaule natale. C'est ainsi qu'il quitte le roi Arthur, afin de rejoindre l'ermitage de ses derniers jours et de ne plus revoir son roi et sa dame. Certains chroniqueurs, tel René Bansard, ont cru reconnaître comme pays natal de Lancelot du Lac la région de Passais-la-Conception, qui englobe une partie du nord de l'actuel département de la Mayenne et du sud de l'Orne. À sa mort, plusieurs auteurs ont relayé son œuvre. Un ouvrage collectif nommé La légende Arthurienne et la Normandie, indique : « Notre propos est seulement d'ouvrir une piste nouvelle… Pour mieux comprendre comment des traditions concernant Saint-Fraimbault, Saint-Bômer, ou Saint-Ernier avaient pu aboutir aux transpositions romanesques que l'on sait ». Pour Réjane Molina, dans un article intitulé La Chapelle Royale Saint-Fraimbault-de-Senlis et le Graal, « Fraimbault de Lassay » et « Lancelot du Lac » possèdent exactement la même signification étymologiquement. Le calendrier des événements culturels de Bagnoles-de-l'Orne inclut une visite des sites arthuriens les plus célèbres.
Remarque
Lors de l'épisode de la charrette, Lancelot est longuement tiraillé entre son honneur et l'amour qu'il éprouve pour la reine Guenièvre.
« Nain, fait le chevalier, au nom du ciel, dis-moi si tu as vu passer ma dame la reine.
Si tu veux, répond-il, monter dans ma charrette, avant demain tu pourras savoir ce que la reine est devenue. »
Là-dessus, il continue d'aller sans attendre un instant le chevalier. Celui-ci tarde un peu, en tout le temps de deux pas, à suivre le conseil. C'est pour son malheur qu'il tarda, pour son malheur qu'il eut honte et s'abstint de sauter aussitôt dans la charrette. Mais Raison, en désaccord avec Amour, l'exhorte à se garder de faire un pareil saut, le sermonne et lui enseigne à ne rien entreprendre où l'opprobre s'attacherait à lui. Raison n'a son séjour que sur les lèvres… Amour est dans le cœur enclos : il donne un ordre et un élan. Bien vite il faut monter dans la charrette. Amour le veut : le chevalier y bondit. Que lui importe la honte, puisque tel est le commandement d'Amour ?[1]
Ce passage est typique du roman courtois, où le chevalier choisira de perdre son honneur plutôt que de devoir renoncer à son amour. Guenièvre tiendra même rigueur à Lancelot d'avoir hésité avant de sauter dans la charrette de honte
[1] Voir le site: http://fr.wikipedia.org/wiki/Lancelot_du_Lac

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Indéterminé

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Budic 2
TINTAGEL (DE) Elaine
BRETAGNE (DE) Hoël 1er Le Grand
BRETAGNE (DE) Sainte Gwen "Aux Trois Seins"
BRETAGNE (DE) Lancelot

Evénements
: .

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Erich

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Aldrien
IRLANDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Bican Farchog
BRETAGNE (DE) Budic 1er
BRETAGNE (DE) Gania
BRETAGNE (DE) Maxent
BRETAGNE (DE) Budic 2

Champs personnel
Evénements
Profession: (Erich ap Aldrien de Cornouaille) - Roi de Bretagne (vers 472-478): .
: .

Unions
Evénements des unions
IRLANDE (D') Indéterminé

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
(Gallois: Gereint; Latin: Ericius; Anglais: Eric)
Oncle du Roi Rivod, Erich, a tenu dans ses mains le trone Breton pendans peu de temps dans ses dernières années. On a supposé qu'il fut l'Erec du Conte "Erec et Enide" de Chrétien de Troyes .Les Gallois transformèrent en une histoire concernant le Roi Gerren (ou Gereint) de Domnonée sous le titre "Gereint and Enid". Le Roi Erich décéda en 478 et son fils , Budic II. lui succéda.

Retour à la page d'accueil


IRLANDE (D') Indéterminé

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Budic 2

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
BRETAGNE (DE) Erich

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Aldrien

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Salomon 1er
FLAVIA Indéterminé
BRETAGNE (DE) Constantin
BRETAGNE (DE) Erich
BRETAGNE (DE) Bican Farchog
BRETAGNE (DE) Budic 1er
BRETAGNE (DE) Gania
BRETAGNE (DE) Maxent

Champs personnel
Evénements
Profession: Aldrien ap Selyfan de Bretagne - Roi de Bretagne (446-464): .
: .

Unions
Evénements des unions
IRLANDE (D') Indéterminé

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
(Gallois: Aldwr; Latin: Aldroenus; Anglais: Aldron)
Aldrien was Gradlon Mawr's grandson, who reigned after his little-known father, 'King' Salomon I. He appears, on occasion, to have been called Daniel. As the heir of Eudaf Hen's nephew, it was to the young Aldrien that Gwithilin, the Archbishop of London, travelled with a deputation to offer him the British High-Throne. There had been no monarch in Britain since the Emperor Gracian's death, and in 410 the Roman army and administration had decided to completely withdrawal back to Rome. Aldrien was aware of the chaotic state of the country, and of the damage incurred from invading Picts, Saxons and Irish. He was, therefore, unwilling to take on the kingdom but sent his brother, Constantine, in his place, with two thousand armed men to secure the throne. Aldrien died some fifty years later, in 464, having married the sister of St. Garmon, Bishop of Man and produced, by her, at least four sons: Budic I, Erich, Judicael and Bican. He was succeeded by the former.
Generally considered legendary.
English to French translationShow romanization
Aldrien était petit-fils Gradlon Mawr, qui régna après son père peu connu, «King» Salomon I. Il apparaît, à l'occasion, ont été appelés Daniel. Comme l'héritier du neveu de Eudaf poule, il a été pour les jeunes Aldrien que Gwithilin, l'archevêque de Londres, a voyagé avec une députation pour lui offrir la British High-Trône. Il n'y avait pas eu de monarque en Grande-Bretagne depuis la mort de l'empereur Gratien, et en 410 l'armée romaine et de à Rome. Aldrien était au courant de l'état chaotique du pays, et des dommages occasionnés d'envahir Pictes, Saxons et des Irlandais. Il était, par conséquent, peu disposés à prendre sur le royaume, mais a envoyé son frère, Constantin, à sa place, avec deux mille hommes armés pour assurer le trône. Aldrien mourut quelque cinquante ans plus tard, en 464, après avoir épousé la soeur de Saint-Garmon, évêque du Man et produit, par elle, au moins quatre fils: Budic I, Erich, Judicaël et Bican. Il a été remplacé par l'ancien.
Généralement considéré légendaire

Retour à la page d'accueil


IRLANDE (D') Indéterminé

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Erich
BRETAGNE (DE) Bican Farchog
BRETAGNE (DE) Budic 1er
BRETAGNE (DE) Gania
BRETAGNE (DE) Maxent

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
BRETAGNE (DE) Aldrien

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
Soeur de St Garmon, Evêque du Man

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Bican Farchog

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Aldrien
IRLANDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Erich
BRETAGNE (DE) Budic 1er
BRETAGNE (DE) Gania
BRETAGNE (DE) Maxent

Champs personnel
Evénements
Profession: Bican Farchog ap Aldrian de Bretagne: .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
L'épouse de Bican Farchog DE BRETAGNE, n'a pas été identifiée
(Welsh: Bigan; Latin: Bicanus; English: Bickan)
Little is known about this Prince of Brittany. Late tradition calls him a son of King Aldrien, and the chronology certainly fits, though he must have been somewhat older than his young bride, Rheinwylydd. As one of the many daughters of the powerful Amlawdd Wledig, marriage to this lady made Bican brother-in-law of High-Queen Igerna of Britain and eventually uncle of the High-King Arthur.
Bican was a famous warrior in Brittany, as shown by his epithet 'the Knight,' and though he was keen for his two sons, Illtud and Sadwrn, to have a good education - sending them to study under their uncle, St. Garmon (later Bishop of Manaw) - he must have been very proud when they both chose to follow him in his military career. Nothing at all is known of his later life though, presumably, he stayed in Brittany while the rest of the family settled in Wales.

English to French translationShow romanization
On connaît très peu ce Prince de Bretagne. tradition tardive appelle un fils du roi Aldrien, et la chronologie correspond tout à fait, mais il doit avoir été un peu plus âgé que sa jeune épouse, Rheinwylydd. Comme l'une des nombreuses filles de la puissante Wledig Amlawdd, le mariage à cette dame fait Bican frère-frère de la Haute-Reine Igerna de Grande-Bretagne et, éventuellement, de l'oncle Arthur High-King.
Bican était un guerrier célèbre en Bretagne, comme en témoigne son surnom «le chevalier, et bien qu'il tenait à ses deux fils, et Illtud Sadwrn, d'avoir une bonne éducation - en leur envoyant à l'étude en vertu de leur oncle, Saint-Garmon ( plus tard évêque de Manaw) - il doit avoir été très fier lorsque les deux ont choisi de le suivre dans sa carrière militaire. Rien du tout est connu de sa vie plus tard cependant, sans doute, il est resté en Bretagne tandis que le reste de la famille s'installe au Pays de Galles.

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Budic 1er

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Aldrien
IRLANDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Erich
BRETAGNE (DE) Bican Farchog
BRETAGNE (DE) Gania
BRETAGNE (DE) Maxent
BRETAGNE (DE) Méliau
BRETAGNE (DE) Rivod
BRETAGNE (DE) Laun Reith Le Juste

Champs personnel
Evénements
Profession: Budic I ap Aldrian de Bretagne - Roi de Bretagne: .
: .

Unions
Evénements des unions
ANAUMIDE (D') Indéterminé

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
(Gallois: Buddig; Latin: Budicius; Anglais: Budick)
Budic I was the heir of King Aldrien. He may have ruled jointly with a brother, Maxent, at the beginning of his reign. After the murder of his uncle, Constantine, the Emperor of Britain, Budic gave sanctuary to his two young cousins, Ambrosius Aurelianus and Uthyr Pendragon. As heirs to the High-British throne they were in severe danger from the usurper Vortigern's assassins. However, they grew up in complete safety at Budic's court, eventually reaching an age when they were able to return home and fight for their inheritance. Upon his death, Budic was suceeded by his son, Meliau.
Possibly historical.
Traduction;
Budic était l'héritier de Roi Aldrien. Il peut avoir gouverné (décidé) conjointement avec un frère, Maxent, au début de son règne. Après le meurtre de son oncle, Constantine, l'Empereur de la Grande-Bretagne, Budic a donné le sanctuaire à ses deux jeunes cousins, Ambrosius Aurelianus et Uthyr Pendragon. Comme des héritiers du trône Haut-britannique ils étaient dans le danger sévère des assassins de l'usurpateur Vortigern. Cependant, ils ont grandi dans la sécurité complète à la cour de Budic, atteignant finalement un âge quand ils ont pu rentrer à la maison et se battre pour leur succession. Sur sa mort, Budic était suceeded par son fils, Meliau.
Probablement historique.

Retour à la page d'accueil


ANAUMIDE (D') Indéterminé

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Méliau
BRETAGNE (DE) Rivod
BRETAGNE (DE) Laun Reith Le Juste

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
BRETAGNE (DE) Budic 1er

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Méliau

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Budic 1er
ANAUMIDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Rivod
BRETAGNE (DE) Laun Reith Le Juste

Champs personnel
Evénements
Profession: Maeliaw ap Budic de Bretagne - Roi de Bretagne , Prince de Cornouaille: .

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Rivod

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Budic 1er
ANAUMIDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Méliau
BRETAGNE (DE) Laun Reith Le Juste

Champs personnel
Evénements
Profession: Rhiwod ap Budic de Bretagne - Roi de Bretagne (vers 472), Prince de Cornouaille: .

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH
(Gallois: Rhiwod, Latin: Rivodus, Anglais: Richard)

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Laun Reith Le Juste

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Budic 1er
ANAUMIDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Méliau
BRETAGNE (DE) Rivod

Champs personnel
Evénements
Profession: Iahan Reith ap Budic de Bretagne - Prince de Cornouaille: .

Retour à la page d'accueil


BRETAGNE (DE) Gania

Parents
Fratrie
Enfants
BRETAGNE (DE) Aldrien
IRLANDE (D') Indéterminé
BRETAGNE (DE) Erich
BRETAGNE (DE) Bican Farchog
BRETAGNE (DE) Budic 1er
BRETAGNE (DE) Maxent
BOULOGNE (DE) Aymon
BOULOGNE (DE) Mathilde
BOULOGNE (DE) Othel

Champs personnel
Evénements
Profession: Gania verch Aldrian de Bretagne - Princesse de Bretagne: .

Unions
Evénements des unions
THEROUANNE (DE) Clodgar

Retour à la page d'accueil


THEROUANNE (DE) Clodgar

Parents
Fratrie
Enfants
THEROUANNE (DE) Landbert
BOULOGNE (DE) Theudria
BOULOGNE (DE) Aymon
BOULOGNE (DE) Mathilde
BOULOGNE (DE) Othel

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
BRETAGNE (DE) Gania

Retour à la page d'accueil


THEROUANNE (DE) Landbert

Parents
Fratrie
Enfants
THEROUANNE (DE) Clodgar

Champs personnel
Evénements
Profession: Roi de Thérouanne , Roi de Boulogne: .
: .

Unions
Evénements des unions
BOULOGNE (DE) Theudria

Retour à la page d'accueil


BOULOGNE (DE) Theudria

Parents
Fratrie
Enfants
THEROUANNE (DE) Clodgar

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
THEROUANNE (DE) Landbert

Retour à la page d'accueil


BOULOGNE (DE) Aymon

Parents
Fratrie
Enfants
THEROUANNE (DE) Clodgar
BRETAGNE (DE) Gania
BOULOGNE (DE) Mathilde
BOULOGNE (DE) Othel

Champs personnel
Profession: Comte de Boulogne , Comte de Cambrai

Unions
Evénements des unions
AQUITAINE (D') Maurianne

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH

Retour à la page d'accueil


AQUITAINE (D') Maurianne

Parents
Fratrie
Enfants

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
BOULOGNE (DE) Aymon

Retour à la page d'accueil


BOULOGNE (DE) Mathilde

Parents
Fratrie
Enfants
THEROUANNE (DE) Clodgar
BRETAGNE (DE) Gania
BOULOGNE (DE) Aymon
BOULOGNE (DE) Othel
BRANDEBOURG (DE) Adalric

Champs personnel
Profession: Comtesse de Ternois , Comtesse d'Argues

Unions
Evénements des unions
BRANDEBOURG (DE) Ansbert

Note
Source site généanet de Annick et Michel FLOCH

Retour à la page d'accueil


BRANDEBOURG (DE) Ansbert

Parents
Fratrie
Enfants
BRANDEBOURG (DE) Adalric

Evénements
: .

Unions
Evénements des unions
BOULOGNE (DE) Mathilde

Retour à la page d'accueil



Page créée par BUCHILLOT Louis avec Visual Généalogie le 15/01/2013.